L’HÔTEL DE BOURRIENNE

Loin de l’image d’une société parisienne aristocratique et oisive, l’hôtel de Bourrienne nous raconte une toute autre histoire : celle d’une lignée d’hommes et de femmes de pouvoir, de financiers, de manufacturiers, et d’entrepreneurs. Un véritable lieu de création, à jamais en mouvement.

 

1787 – Les débuts

L’architecte Célestin-Joseph Happe construit en 1787 l’Hôtel de Bourrienne. Symbole parisien unique en son genre, l’hôtel renferme encore aujourd’hui des décors qui nous transportent en pleine Antiquité romaine. 

 

La “merveilleuse” Fortunée

Fortunée Hamelin hérite de l’hôtel en 1795. Cette femme aurait fait sensation en se promenant sur les Champs-Elysées dans une tenue légère, fendue jusqu’aux hanches et ne dissimulant rien de sa poitrine. A la fois intelligente et impertinente, l’influente idole féminine du Paris directorial fait de l’Hôtel de Bourrienne un des salons les plus prisés de l’époque. 

Le secrétaire d’Etat de Napoléon Ier

Ami d’enfance et secrétaire particulier de Napoléon Ier, Louis-Antoine Fauvelet de Bourrienne fait l’acquisition de l’Hôtel de Bourrienne en 1801. La légende veut que Joséphine de Beauharnais, venue rendre visite à Madame de Bourrienne, se soit exclamée : “Mon dieu, c’est plus beau ici que chez le premier consul !”. 

Une usine de fonderie de caractères 

Charles Tuleu, dirigeant d’une fonderie de caractères d’imprimerie, acquiert l’hôtel en 1886.  Il fait bâtir au fond du jardin un bâtiment industriel destiné à accueillir la fonderie. 

Les aventures entrepreneuriales de Charles Beigbeder

Immédiatement séduit par l’endroit en 2015, Charles Beigbeder donne une seconde vie à l’hôtel de Bourrienne. Après plusieurs années d’une rénovation dans les règles de l’art, l’entrepreneur y installe ses bureaux et la boutique de la nouvelle marque éponyme, Bourrienne Paris X.  En 2019, le showroom du créateur belge, Olivier Theyskens, s’y installe. Là où l’industrie et le commerce tenaient une place prépondérante, l’aventure entrepreneuriale et créative est repartie de plus belle.