Skip to main content

Olivier Theyskens x Bourrienne Paris X, une collaboration qui a du mordant

By juillet 25, 2021août 4th, 2021Actualités

Olivier Theyskens x Bourrienne Paris X

 

A l’occasion de la saison Printemps-Eté 2020, Bourrienne Paris X dévoile sa première collaboration avec le talentueux créateur belge, Olivier Theyskens.
La collection est lancée à partir de cinq modèles distincts de chemises pour femmes, DELFINE, HANNELORE, ANNE-CATHERINE, ANOUCK et ELISE. Chacune de ces chemises, réalisées avec le coton et le lin blanc de Bourrienne Paris X, est ponctuée de fermetures à crochets et à œillets, signature d’Olivier Theyskens. De la combinaison unique de ces deux marques sont nées des silhouettes chics, capturées en noir et blanc par le photographe international Greg Kadel dans les décors de l’hôtel de Bourrienne.

Olivier Theyskens, l’écorché vif de la mode belge

 

Olivier Theyskens naît à Bruxelles en 1977 d’une mère française et d’un père belge. Très jeune, il présente des aptitudes pour le dessin et un sens prononcé du détail. Dès l’âge de 7 ans, il déclare vouloir devenir couturier. A 17 ans, il intègre l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre où il étudie le stylisme. Il quitte cependant prématurément son cursus pour lancer sa marque éponyme. Le succès est fulgurant. A peine un an après le lancement de sa marque, Madonna porte l’une de ses robes sur le tapis rouge des Academy Awards de 1998. C’est la consécration. Le jeune créateur pose ensuite ses valises à Paris, capitale de la mode, où il présente ses collections depuis.

Connu et reconnu pour son esthétique goth poétique, il crée des costumes pour le Théâtre de la Monnaie de Bruxelles avant d’être nommé directeur artistique de la maison Rochas en 2002, mettant en pose son label quelque temps. Il s’impose peu à peu sur la scène mode internationale et remporte le prix du Meilleur créateur international du CFDA en 2006, ce qui le propulse à la tête de la maison Nina Ricci la même année. En 2009, il publie aux éditions Assouline une première rétrospective, The Other Side of the Picture, un recueil de photos, signées Julien Claessens, qui met en lumière le style si particulier du créateur.

Theyskens part ensuite à la conquête des Etats-Unis, en s’installant à New York, où il cofonde le label “Theyskens’ Theory” avec le fondateur de la marque Theory, Andrew Rosen. En novembre 2010, il est nommé à la direction artistique de cette marque et reste en poste jusqu’en 2014. Le designer belge retourne à Paris et décide de relancer l’activité de sa marque “Olivier Theyskens” en septembre 2016.

Son travail ainsi que sa carrière ont été célébrés à travers deux rétrospectives, faisant d’Olivier Theyskens l’un des plus jeunes designers à être honoré de cette manière. Pour sa première rétrospective d’octobre 2017 à mars 2018, le prestigieux musée de la mode d’Anvers, le MoMu, revient sur ses 20 ans de carrière. La seconde, “In Praesentia”, se tient à la Cité de la dentelle de Calais en juin 2019. Cette même année, il installe son quartier général à l’hôtel de Bourrienne.

Olivier Theyskens et Bourrienne Paris X

En quête de nouveaux locaux pour sa marque, Olivier Theyskens découvre l’hôtel de Bourrienne alors encore en rénovation. L’harmonie du chaos ambiant, mais surtout l’histoire de ce lieu qui résonne dans chacune de ses pièces ont fait vibrer la corde romantico-gothique du créateur belge. L’hôtel nourrit son esthétique et lui sert de décor pour ses défilés qui s’en trouvent transcendés par l’atmosphère si particulière régnant dans les salons style Directoire.

Cet espace, il le partage avec une autre marque, la nôtre, Bourrienne Paris X. Très vite, l’alchimie opère entre les univers sombre et immaculé des deux griffes, donnant raison au fameux dicton selon lequel les opposés s’attirent. Opposés ? Pas tant que ça dans le fond. En dépit de nos esthétiques radicalement différentes, Cécile Faucheur et Olivier Theyskens parlent un langage commun, celui des belles matières, du goût de la perfection et du sens du détail. Ces valeurs communes ont largement contribué à la genèse de la collaboration de nos deux marques. Olivier Theyskens cherchait à faire des chemises blanches plus accessibles à sa clientèle, mais toujours dans le haut de gamme, tandis que Cécile Faucheur souhaitait pousser l’avant-gardisme de ses chemises blanches.

C’est donc de paire que ces deux esprits créatifs ont fait, défait, refait, croquis après croquis, les modèles de cette collection capsule, mêlant les éléments signatures de chacun. Le blanc Bourrienne, mais aussi ses détails emblématiques comme les fronces, cols ou poignets retravaillés se sont associés aux fermetures “Hook & Eye” d’Olivier Theyskens, ces agrafes laquées empruntées au monde du burlesque et de la corseterie, indissociables de sa patte artistique. Une fois les prototypes réalisés, le shooting fut pris en main par Theyskens avec le concours du photographe Greg Kadel.

Six mois auront été nécessaires pour donner vie à cette collection de cinq pièces pour femme, toutes aussi singulières que fortes, au style et au tempérament totalement différent, passant du classique revisité à une sensualité fatale pleinement assumée. De quoi surprendre et ravir les habituées du 58 rue d’Hauteville tombées sous le charme de cette union d’une élégance torride.

Pour Cécile Faucheur, l’expérience est un succès. “Je pense qu’il faut un réel objectif commun, une réelle légitimité à allier deux univers, cela peut être très intéressant et enrichissant. Il [Olivier Theyskens, ndlr] est très accessible et plein d’idées. Il est aussi très exigeant et comme nous le sommes aussi, ça s’est très bien passé !” raconte-t-elle d’un ton enjoué. Lorsqu’on l’interroge sur ses futures envies de collaboration, elle répond : “j’aimerais beaucoup collaborer avec une marque de papeterie, ou de vaisselle en céramique. Prochainement nous allons aussi collaborer avec un artiste contemporain”.
A l’image d’une toile blanche, la chemise Bourrienne Paris X, source d’inspiration intarissable, n’a pas fini de vous surprendre.